• King Kitoko

Président Ordinaire (PO)

Du 24 janvier 2019 – le 24 août 2020, Félix Tshisekedi a totalisé une année et 7 mois, à la tête du pays, depuis la première remise et reprise historique entre deux chefs d’Etat en RDC. C’est une année de consommée et de moins sur les cinq ans du mandat du successeur de Joseph Kabila. A la lecture de la personne de Félix Antoine Tshisekedi, il se dégage que le 5e président fournit des efforts pour qu’il n’y ait pas d’écart entre sa personnalité réelle et perçue. Jusqu’ici, c’est l’image d’un « président ordinaire » que les Congolais ne s’empêchent pas d’admirer.


« Mon deuxième engagement c’est l’instauration d’un Etat de droit, combat de l’immortel Etienne Tshisekedi. Je ne veux pas de la justice faite par le Président de la République ou à la présidence. Je ne suis pas un dictateur. Je ne veux pas qu’on fasse de moi dictateur », ces propos tenus, en septembre 2019, lors d’une adresse à la diaspora congolaise de Belgique, renseignent sur la personnalité du nouveau locataire du Palais de la Nation.


Un Président de la République simple, c’est ce que les internautes ont dit. Sa simplicité fait de lui un homme ordinaire. Ses premiers points de vue sur sa définition de ses fonctions sont tranchants. Il a par exemple, dès l’entame, craint qu’on fasse de lui un roi. C’est un président qui a horreur de la déification. Le culte de la personnalité est un péché qu’il a même dénoncé dans sa prière de dédicace de la nation à Dieu.


Ça n’arrive pas tous les jours. Félix Tshisekedi est sorti des chemins battus. Dimanche 23 juin 2019, il convoque les confessions religieuses, au stade des Martyrs, pour un culte d’actions de grâce. L’occasion est propice pour remettre le pays entre les mains de Dieu et lui demander pardon pour tous les péchés commis.


« Au nom de toutes les autorités (…), je te demande pardon pour le sang des innocents qui a été versé intentionnellement (…). Je confesse mes péchés, ceux de mon peuple et ceux commis par les autres sur le sol de mon pays. Pardonne-nous d’avoir donné ta place aux hommes, en les adorant comme des dieux. Pardonne-nous pour le culte de la personnalité ancrée dans toutes les couches de notre société », a-t-il intercédé. C’est une prière pour des hommes ordinaires, dans un pays où la vie chrétienne est souvent l’affaire des « pauvres ou des paresseux ».


Prier sans tenir compte de son rang


Le 5e président de la RDC, très attaché aux valeurs chrétiennes (fidèle du Centre Missionnaire Philadelphie que dirige le pasteur Ken Luamba) a démontré que devant Dieu il faut s’humilier quels que soient le rang, grade et titres. A l’église, il suit scrupuleusement le rituel. C’est comme quand il se met à genoux pour prier. Là, c’est un « frère ordinaire » que les chrétiens peuvent soutenir en évoquant le célèbre verset biblique « Dieu élève ceux qui s’humilient ».


La tête du grand Congo reconnait qu’il y a une autorité au-dessus d’elle. Il s’éclipse pour laisser Dieu régner sur son pays. Ce discours ne passe pas chez certains esprits illuminés qui dénoncent une démission au profit de Dieu. Pourtant, derrière cela, Tshisekedi, en Homme d’église ordinaire, sait que la sagesse spirituelle s’oppose toujours à celle mondaine.

En refusant le culte de personnalité, qui est un péché, il n’a pas voulu voler la vedette à son Dieu. Fatshi ne veut pas que le pouvoir l’enivre. Par contre, il demande ouvertement la grâce de rester celui qu’il est et qu’il ne tombe pas dans l’orgueil. «Je prie mon Dieu de ne pas tomber dans le culte de personnalité, et je demande incessamment à mes amis, à mon entourage de me dire si je déborde, et qu’ils me fassent la remarque. Jusque-là ça tient ! On dit que le pouvoir use, le pouvoir rend fou. J’espère que je vais partir avant de devenir fou », a-t-il promis lors d’une interview accordée à la radio Vatican. Et d’ajouter : « Je ne suis pas un dictateur et je ne veux pas que l’on fasse de moi un dictateur! »


Son ordinarité est scrutée aussi dans sa proximité avec le peuple. Ce n’est pas la protection par les services de sécurité qui peut l’éloigner de lui. L’image d’un président très proche du peuple s’est vite construite et imposée dans l’opinion populaire. Le fils de l’éternel opposant Etienne Tshisekedi a apporté un autre style de vie au sommet de l’Etat. « C’est un président à l’écoute du Congolais moyen. Je dirai un président des gens ordinaires », encense un Kinois qui se dit émerveillé par la réhabilitation d’une veuve victime d’un conflit foncier par le président de la République.


Quand le roi rend justice


Nous sommes dimanche 3 février 2019. Le chef de l’Etat arrête, au sortir du temple de son église où il a été prier, son cortège pour entendre une dame d’une cinquantaine d’années, veuve dont la parcelle a été confisquée par ceux qu’elle a qualifiés « des hommes forts ». Félix Tshisekedi s’est vite rappelé « le peuple d’abord » pour ordonner la réhabilitation de cette veuve dans ses droits. Il s’en est suivi d’une liesse populaire, témoignage de la reconnaissance du bon sens et bon cœur du président de la République.

Des cas pareils sont nombreux. Il y a des raisons que sa renommée s’accroisse jusqu’à traverser les frontières nationales. Une vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux en juin 2019, montre un homme, se déclarant camerounais (son accent français le confirmait), demander aux Congolais d’opérer un transfert des présidents : envoyer Félix Antoine Tshisekedi au Cameroun donc. La raison est l’admiration qu’il a de premières mesures du président congolais prises en faveur du peuple.


Le peuple ! Le fils de Tshisekedi se veut toujours avec lui en se mettant toujours dans sa peau. A-t-il exécuté la recommandation du Cardinal Fridolin Ambongo qui lui demandait de « rompre avec les vieilles pratiques qui ne mettaient pas le peuple au centre de leurs préoccupations » ? Mais, est-il que le peuple est et a été toujours l’ADN de l’action politique de l’UDPS.


Le même Cardinal peut saluer les premiers pas du président Félix Tshisekedi. « Les mesures qu’il a prises jusqu’à maintenant vont dans la bonne direction », a-t-il indiqué dans une interview accordée à la Radio France Internationale (RFI). A la parole de l’Homme de Dieu, on dit oui et amen. Le fils d’Etienne Tshisekedi sait qu’il ne peut décevoir tous les espoirs placés en lui.


A son peuple, il s’adresse dans un langage familier et très affectionné. Lors du lancement de l’opération Kinshasa Bopeto, le président s’est dit serviteur du peuple. Dans un lingala très proche du peuple, serviteur du peuple est synonyme de l’esclave du peuple s’il faut s’en tenir à la traduction littérale de « naza munkamba na bino ». De tels propos valent acclamations et sympathie.


Esclave du peuple ! Il semble l’être. Ainsi, face à l’affaire « 6 millions de dollars américains » pour fêter le premier anniversaire de l’alternance, le premier des citoyens congolais s’est plié à la voix du peuple, car c’est la voix de Dieu. Le rétropédalage constaté sur cette question, dénotant la prise en compte du peuple priorisé, a suscité plusieurs applaudissements numériques (dans les réseaux sociaux).


Des faits sont nombreux pour illustrer l’ordinarité d’un président qui ne fournit pas de grands efforts pour soigner son image perçue. Le secret est qu’il n’oublie pas ses origines (il vient du peuple) ; ses faibles commencements (tâtonnements des premières heures politiques ; tenir des réunions politiques dans les bars à Bruxelles, Bistrot-Restaurant New Paduwa) ; la souffrance (tortures et exil…) ; les insultes te qualifications péjoratives…Rien alors rien ne peut le pousser à afficher des émotions trompe-l’œil.

Recent Posts

See All

La RDC occupe la 9e place

Classement des pays africains les plus attrctifs pour l’investissement Le monde s’y attendait le moins, mais c’est arrivé : la République démocratique du Congo (RDC) est classée 9e pays africain le pl

La très généreuse Denise Nyakeru

Derrière un grand homme, il y a toujours une grande dame. Denise Nyakeru est toujours à côté et dans les pensées de son mari Félix Antoine Tshisekedi. Autant dire qu’elle est non seulement une alliée

Souscrivez

  • White Facebook Icon
Bon A Savoir

Copyright © 2020 Bon a  Savoir - Tous droits reserves.